mardi 28 mars 2017

Avortement et miséricorde de l'Eglise

On reparle à nouveau de la position de l'Eglise face au douloureux problème de l'avortement. En Belgique ces derniers jours, avec l'étrange position adoptée par les autorités de l'université catholique (?) de Louvain, la question refait surface. Aussi je vous propose les réflexions d'un prêtre de la base, qui entend rester fidèle à l'enseignement de Jésus et de son Eglise, et qui dans son ministère pastoral a été amené plusieurs fois à rencontrer des femmes qui ont pratiqué l'interruption volontaire de grossesse.

vendredi 24 mars 2017

L'annonciation homélie

Cette homélie est censée être prononcée dans une église byzantine. Cela explique les remarques faites au début, face à un public qui a sous les yeux les fresques traditionnelles de ce type d'église. 

Cette fête que nous célébrons aujourd’hui ne constitue pas le commencement de l'année liturgique, comme le fait la fête de la nativité de la Mère de Dieu, le 8 septembre. Du moins est-ce quand même la première des fêtes qui a son origine dans l’Évangile. C'est le commencement de l’Évangile. Juste au-dessus de l'iconostase, sur le mur de l’abside centrale, nous avons à gauche l'archange Gabriel et à droite la Vierge de Nazareth. Puis en tournant le long des murs de la nef dans le sens des aiguilles d'une montre, nous avons le déploiement de toute l'année liturgique : l'enfance du Christ, son baptême, sa transfiguration, sa passion et sa résurrection. Et dans le sanctuaire, l'ascension et finalement la pentecôte. Tout commence et finit dans le Saint-Esprit. A l'annonciation, il descend sur Marie pour qu'elle devienne la Mère de Dieu. A la Pentecôte il descend sur les apôtres et sur le cosmos tout entier pour faire naître l'Eglise, corps du Christ et temple de l'Esprit.

lundi 20 mars 2017

La liturgie dominicale, temps de fête et de repos, article pour la revue Radouga




La profanation du dimanche

En 1846, eut lieu à La Salette, en France, l'une des apparitions de la Sainte Vierge, reconnues par l’Église. La Mère de Dieu donna aux deux petits bergers, Mélanie et Maximin, un message de pénitence, dont voici les premières paroles : Avancez, mes enfants, n’ayez pas peur, je suis ici pour vous conter une grande nouvelle. Si mon peuple ne veut pas se soumettre, je suis forcée de laisser aller le bras de mon Fils. Il est si fort et si pesant que je ne puis plus le maintenir. Depuis le temps que je souffre pour vous autres ! Si je veux que mon Fils ne vous abandonne pas, je suis chargée de le prier sans cesse. Pour vous autres, vous n’en faites pas cas ! Vous aurez beau prier, beau faire, jamais vous ne pourrez récompenser la peine que j’ai prise pour vous autres. Je vous ai donné six jours pour travailler, je me suis réservé le septième et on ne veut pas me l’accorder. C’est ça qui appesantit tant le bras de mon Fils.
En écho aux paroles de certains prophètes de l'ancien testament, qui dénonçaient déjà ce péché, Notre-Dame fait au peuple de Dieu en notre temps le reproche de la profanation du jour du Seigneur. Hélas la situation s'est encore dégradée dans ce domaine de nos jours et il est urgent que les chrétiens redécouvrent toute une spiritualité du dimanche, pâque hebdomadaire, qui rythme toute l'année liturgique.

lundi 13 mars 2017

Prière de délivrance et de guérison intérieure

A ceux qui souffrent d'un lien tyrannique avec le mal ou le mauvais esprit, ou avec une addiction, voici une prière de délivrance et de guérison intérieure, efficace et puissante. Ils peuvent la dire régulièrement. Toutefois il serait bon aussi d'en parler à un prêtre pour faire un discernement sur leur situation. Voici cette prière:



Seigneur Jésus,
que l'amour de ton cœur m'envahisse.
Apprends-moi à me souvenir que,
si je suis venu au monde,
c'est parce que j'ai été désiré par toi
et que je suis infiniment aimé de toi.

Rencontre ma vie
depuis le commencement où je fus conçu jusqu'à ce jour.

Jésus, par tes saintes plaies,
Guéris-moi de toute blessure
qui a atteint mon cœur, ma sensibilité, ma mémoire,
mon imagination, mon intelligence et ma volonté.

Libère mon être de tout lien, de toute chaîne
qui me rend esclave du mal.

Par ton Esprit Saint,
je veux vivre libre et joyeux à ton service
et à celui de mes frères.

Jésus, pour la gloire du Père et par les mains de Marie,
je me donne tout entier à toi, corps, âme et esprit.

Merci, Jésus, de m'avoir créé par amour
et d'être mort sur la croix pour le pardon de mes péchés.
Merci pour toutes les grâces reçues depuis ma naissance,
et merci pour le ciel que tu me donneras.
Amen.  

Une session charismatique

Je reviens de deux journées d'une session charismatique de louange et de guérison pour enfants et leurs parents. Cela m'a permis de prendre un peu la température de notre Église. La session avait lieu dans un lieu où vivent des religieux âgés ou malades. J'ai eu des contacts avec ceux-ci aussi bien qu'avec les participants de la session.
Quelles conclusions tirer des conversations auxquelles j'ai pris part ? D'abord beaucoup de témoignages désabusés sur la situation actuelle de l’Église de la part des religieux qui nous accueillaient : plus de vocations, une pratique religieuse vieillissante et en baisse constante. La sécularisation ne cesse de s'affirmer. Ainsi un home proche pour personnes âgées, qui portait un nom chrétien, y a renoncé récemment pour adopter un nom plus neutre. Pax Christi vient aussi de changer son nom en Be.Pax. Les religieux en question craignent eux-mêmes de devoir aller bientôt dans une maison de repos, où, semble-t-il, ils ne disposeront plus d'une chapelle. Et tant d'autres choses furent dites qui vont dans le sens d'une apostasie qui se généralise et d'une confusion au sein même de l’Église.
Et puis, il y eut tant de belles choses, prometteuses d'un avenir meilleur, dans la session des enfants et de leurs parents. Des petits et des grands qui vivent en profondeur le sacrement de la réconciliation. Des enfants initiés à l'adoration du Saint Sacrement et à la prière du rosaire. Des adultes qui se sont relayés jour et nuit devant le Saint Sacrement pour la louange et l'intercession. De nombreuses grâces de délivrance et de guérison. Une écoute patiente et priante de tant de souffrances humaines, de la part des accompagnateurs, prêtres, religieuses et laïcs.
Alors que dire ? La situation est bien contrastée. D'une part, la mort spirituelle, d'autre part, la vie de l'Esprit. Oui la crise est réelle mais l'avenir de l’Église est entre les mains de Dieu.
Je conclus par ce que m'a dit un des prêtres accompagnateurs de la session. La crise est grave, et pourrait s'aggraver, au point qu'à un moment donné, tout humainement semblera perdu. Alors ce sera l'intervention directe, inattendue et miraculeuse de Dieu, qui semble dormir pour l'instant au fond de la barque de Pierre. Un renouveau extraordinaire s'ensuivra et fera notre émerveillement.
Par notre prière, notre silence et notre fidélité, que soit hâtée la venue de ce jour. Gardons confiance et restons calmes.

Homélie pour le deuxième dimanche de carême

Dans la première lecture, la Genèse nous rapporte la vocation d'Abraham. Dimanche dernier, nous avions le récit de la tentation d'Adam et Eve. Au début de son histoire, l'homme a douté de Dieu et n'a pas fait confiance à sa parole. Aujourd'hui au contraire nous voyons chez Abraham une totale confiance en Dieu. Il est devenu ainsi le père des croyants et l'histoire du salut, c'est-à-dire du retour à la foi et à la confiance en Dieu de toute l'humanité, a été lancée. L'essentiel pour nous dans notre vie est en effet de toujours faire confiance en Dieu. Abraham avait 75 ans et n'avait eu aucun enfant. Humainement tout était fini pour lui. Mais il fit confiance et devint ainsi le père d'une multitude. Il sera pour toujours le modèle de notre foi.
Dans la seconde lecture, arrêtons-nous à cette affirmation de saint Paul : Jésus, notre Sauveur, a détruit la mort. C'est ce que nous célébrerons le jour de Pâques. Mais pourtant la mort existe encore. Nous mourrons tous un jour. Jésus, par le salut qu'il nous a apporté, n'a en effet pas supprimé la mort biologique. Mais comme le dit si bien la préface des défunts, la vie n'est pas enlevée, elle est transformée. Pour celui qui croit, la mort n'est pas un anéantissement mais un passage vers Dieu et la vie éternelle. Depuis la résurrection du Christ, la mort ne nous sépare plus de la vie éternelle de Dieu.

Le pape, les divorcés remariés et le célibat sacerdotal

Une correspondante m'a fait part de ses perplexités face au pontificat actuel. Elle est troublée entre autres choses par la modification de la discipline concernant les divorcés remariés et par la rumeur selon laquelle la loi du célibat pour les prêtres pourrait être remise en cause. Je lui ai adressé cette brève réponse, que je crois utile de vous partager:

Il faut faire confiance à Dieu. L'avenir de l’Église est entre ses mains. Personnellement je pense que la crise actuelle va s'aggraver. Mais quand tout sera perdu humainement, Dieu interviendra et la tempête s'apaisera. C'est ce que la Vierge a promis à Fatima: à la fin, mon cœur immaculé triomphera et un temps de paix sera donné au monde. En attendant il nous faut nous réfugier dans la prière et rester calme. Dire notamment avec ferveur le verset du Notre Père: Que ton règne vienne.
Pour l'ordination d'hommes mariés, attendons la décision. Même si cette décision n'est pas judicieuse, Dieu saura en tirer du bien. Personnellement je suis pour qu'on maintienne le célibat des prêtres. Mais d'un autre côté je préfère que la messe soit célébrée par un prêtre marié, qui aurait vraiment l'esprit liturgique, plutôt que de voir une multiplication de célébrations faites par des laïcs, dont certains ne sont pas du tout compétents.
Les divorcés pourraient communier, à condition d'être en état de grâce (la communion en état de péché mortel ne pourra jamais être autorisée par l’Église, car elle est contraire à la volonté de Dieu, telle qu'on la trouve dans la Bible), mais seulement là où il n'y aurait aucun scandale, par exemple en dehors de leur paroisse.
Quant au pape, beaucoup de gens sont perplexes. N'oublions pas que le pape n'est infaillible que dans son magistère (lorsqu'il enseigne la foi de l'Eglise). Il ne l'est pas dans ses actes de gouvernement. Il est donc important de prier pour le pape, afin qu'il discerne toujours mieux la volonté de Dieu. Personnellement je dis pour lui et pour l'Eglise la prière à Saint Michel archange, afin que les forces démoniaques, qui sont à l'oeuvre dans l'Eglise aujourd'hui, soient terrassées et que l’Église sorte de la crise actuelle.